mercredi 19 septembre 2018

Matin / Supervielle


Sous la peau des ténèbres,
Tous les matins je dois
Recomposer un homme 
Avec tout ce mélange
De mes jours précédents
Et le peu qui me reste
De mes jours à venir.
Me voici tout entier,
Je vais vers la fenêtre.
Lumière de ce jour,
Je viens du fond des temps,
Respecte avec douceur
Mes minutes obscures,
Epargne encore un peu
Ce que j’ai de nocturne,
D’étoilé en dedans
Et de prêt à mourir
Sous le soleil montant
Qui ne fait que grandir.
 
Jules Supervielle, La Fable du Monde.
 

lundi 17 septembre 2018

Jardin de pierre




Au coeur d'un cloître de l'abbaye d'Orval (Belgique), 
un moine amoureux fou de Guillevic a créé un jardin zen. 

Force du lieu.
Force du vide.
Force des mots.


samedi 8 septembre 2018

Le jardin de Clémence



Un goûter sous les feuilles
A l’ombre du mois d’août
Dans le ciel des nuages
       d’orage.

Sur la pelouse nue
L’enfance bat des ailes
A la table on savoure
       le jour.

Le thé fume. Une guêpe
Tourne autour du gâteau
Chocolat poire amande
       gourmande.

Les petits garçons blonds
Maraudent des framboises
Les parents qui bavardent
       s’attardent.

Le vent se lève à peine
On va ranger les chaises
Pas besoin d’une laine :
       l’amitié
                   nous tient chaud.


jeudi 30 août 2018

Désir d'îles


Travaux d'illustration en cours pour le poème Iles de la Gargaude, de Philippe Mathy, à paraître à l'automne à L'Atelier des Noyers.  


...Quelques arbres, branches lourdes ;
le soleil y glisse ses doigts doux.
Silence. Le vélo file en roue libre.

On sent renaître en soi
le goût de l’espérance...



liens : 
L'Atelier des Noyers
Philippe Mathy