lundi 11 janvier 2021

En guise de voeux pour l'année qui commence / Desnos

 

Âgé de cent mille ans, j’aurais encor la force
De t’attendre, ô demain pressenti par l’espoir.
Le temps, vieillard souffrant de multiples entorses,
Peut gémir : Le matin est neuf, neuf est le soir.

Mais depuis trop de mois nous vivons à la veille,
Nous veillons, nous gardons la lumière et le feu,
Nous parlons à voix basse et nous tendons l’oreille
À maint bruit vite éteint et perdu comme au jeu.

Or, du fond de la nuit, nous témoignons encore
De la splendeur du jour et de tous ses présents.
Si nous ne dormons pas c’est pour guetter l’aurore
Qui prouvera qu’enfin nous vivons au présent. 

 

Robert Desnos, 1942

dimanche 3 janvier 2021

Echapper / Segalen

 Perdre le Midi quotidien ; traverser des cours, des arches, des
ponts ; tenter les chemins bifurqués ; m'essouffler aux marches,
aux rampes, aux escalades ;


Eviter la stèle précise ; contourner les murs usuels ; trébucher
ingénument parmi ces rochers factices ; sauter ce ravin ; m'attarder
en ce jardin ; revenir parfois en arrière,

Et par un lacis réversible égarer enfin le quadruple sens des
Points du Ciel.

*

Tout cela, - amis, parents, familiers et femmes, - tout cela, pour
tromper aussi vos chères poursuites ; pour oublier quel coin de
l'horizon carré vous recèle,

Quel sentier vous ramène, quelle amitié vous guide, quelles bontés
menacent, quels transports vont éclater.

*

Mais, perçant la porte en forme de cercle parfait ; débouchant
ailleurs : (au beau milieu du lac en forme de cercle parfait, cet
abri fermé, circulaire, au beau milieu du lac, et de tout,)

Tout confondre, de l'orient d'amour à l'occident héroïque, du midi
face au Prince au nord trop amical, - pour atteindre l'autre, le
cinquième, centre et Milieu

Qui est moi.
 
 
Victor Segalen, Stèles.

jeudi 24 décembre 2020

Célébration d'amitié

Puisqu'il s'agit ici de fêter le 100e exemplaire ayant trouvé sa bibliothèque, du si émouvant Avec la Vieille Dame, de Marie Gillet,

puisque l'amie Marie promène son si doux regard sur les rues, les chemins et les jardins de la belle Provence,

et puisque Noël approche à grand pas ...

             ... Ne trouvez-vous pas ce santon "vieille dame" tout-à fait de circonstance ? 

Alors bravo et merci à Marie, à son chemin de mots qui nous emmène jour après jour et de page en page à travers les petits et les grands bonheurs du jour. Merci pour sa délicatesse sans mièvrerie, son sens de l'écoute, son infini respect du vivant. 



Et que ce beau texte continue de rencontrer ses lecteurs, et que Marie nous enchante et encore longtemps, et nous chuchote à l'oreille sa sagesse de joie.

Liens :

• vers le blog "Bonheur du Jour" de Marie.

• vers un bel article de Tania sur le blog Textes et Prétextes, qui évoque le livre de Marie.

• vers le site de l'éditeur, L'Harmattan.